Tous droits réservés Immatriculation Andorre. Copyright © 2019

Ce qui change le 1er janvier 2019 pour les automobilistes

La nouvelle année apporte son lot de changements pour les automobilistes.

 

Mais suite à la crise des gilets jaunes, il y en a moins que prévu, le gouvernement ayant reculé sur plusieurs points, notamment la hausse des taxes pour les carburants.

 

Plusieurs bonnes nouvelles attendent d'ailleurs les conducteurs en janvier : prime à la casse augmentée, permis probatoire plus court… Les mauvaises nouvelles viendront par la suite : péages, contrôle technique.

 
Prime à la conversion : du mieux et du moins bien

Les hybrides rechargeables mieux aidés

Les modèles hybrides rechargeables neufs profiteront en 2019 d'une prime à la conversion de 2 500 €, au lieu de 1 000 € en 2018. Pour ceux d'occasion, la prime de 2 500 € est réservée aux ménages non imposables.

 

Jusqu'à 5 000 € pour les ménages non imposables

En 2019, l'État sera encore plus généreux pour aider les Français les moins aisés à changer de voiture. Les 20 % des ménages les plus modestes et les personnes non imposables qui font au moins 60 km par jour pour aller travailler verront la prime à la casse encore doublée.

Soit 4 000 € pour l'achat d'un véhicule thermique neuf ou d'occasion et 5 000 € pour l'achat d'un véhicule électrique ou hybride rechargeable neuf ou d'occasion.

Des règles un peu plus strictes

Il y a du changement dans les véhicules concernés. La prime est accordée aux véhicules qui rejettent moins de 122 g/km de CO2, contre 130 g en 2018.

De plus, pour les ménages imposables, les véhicules avec une vignette Crit'Air 2 sont maintenant exclus du dispositif. Il n'y a donc plus aucun coup de pouce pour un modèle diesel quand on est imposable !

 

Pick-up : d'abord la TVS, puis le malus

La taxation des pick-up a été un feuilleton à rebondissements. Au final, le gouvernement a revu sa copie, sur deux aspects. Tout d'abord, les engins concernés seront finalement ceux à cinq places, pour épargner les pros qui utilisent un modèle à cabine approfondie avec quatre places.

De plus, pour ne pas pénaliser les garages qui auraient un stock de pick-up, seule la TVS va entrer en vigueur le 1er janvier. Pour le malus, ce sera le 1er juillet.

Une traque renforcée des véhicules non assurés

Policiers et gendarmes vont avoir accès à un nouveau fichier des véhicules assurés. Ils sauront donc rapidement si un conducteur circule à bord d'une voiture non assurée. Surtout, les autos équipées d'un lecteur automatique de plaques d'immatriculations détecteront les conducteurs en infraction.

 

Éthylotests anti-démarrage : la généralisation

Le système a été testé dans plusieurs départements, il sera généralisé à l'ensemble de la France au 1er janvier. Les préfets peuvent obliger les conducteurs contrôlés positifs à l'alcool à équiper leur véhicule d'un éthylotest anti-démarrage, pour une durée allant jusqu'à six mois. En contrepartie, les conducteurs fautifs peuvent échapper à la suspension de permis. Le tribunal, au moment où le contrevenant lui sera présenté, pourra décider de prolonger cette obligation pour une durée pouvant aller jusqu'à cinq ans. Les coûts seront à la charge du conducteur.

Radars : pas davantage de cabines, mais un renouvellement

L'État a indiqué dans le cadre du projet de loi de finances 2019 que le parc de radars ne grandira pas, avec 4 700 cabines.

Mais le gouvernement table sur une hausse des recettes de 12 %, à 1,04 milliard d'euros ! Cela peut s'expliquer par la prise en compte de la baisse de la limitation de vitesse sur le réseau secondaire mais aussi un renouvellement des cabines, avec des systèmes plus perfectionnés. L'État va ainsi déployer les redoutables radars tourelles. 

 

Baisse de la limitation de vitesse sur le périphérique lyonnais : la limitation passera de 90 à 70 km/h. Attention, ce tronçon de la porte du Valvert au nord à la jonction A7 au sud est truffé de radars ! C'était annoncé pour janvier, mais ce ne sera que dans quelques semaines. Lille fera de même pour son périphérique en février.

 
Plus tard dans l'année : péages, contrôle technique

Hausse du prix des péages pour les autoroutes le 1er février

Des gilets jaunes rêvent d'un gel des prix, mais le gouvernement a déjà fait savoir que ce ne sera pas le cas. La hausse 2019 sera forte, à cause de la prise en compte de l'inflation, mais aussi de deux compensations validées par l'État : une pour rattraper un gel des tarifs en 2015 et une entraînée par un plan de travaux. Les tarifs devraient prendre en moyenne 1,9 %.

 

Un contrôle technique plus sévère pour le diesel le 1er juillet

La nouvelle mise à jour du contrôle technique a été suspendue. Elle devait entrer en vigueur le 1er janvier, ce sera finalement le 1er juillet. Il est question de renforcer le contrôle de l'opacité des fumées à l'échappement, pour détecter une surémission des particules fines. Dans le collimateur : les véhicules diesel mal entretenus ou ceux dont le FAP a été enlevé.

 

De nouvelles restrictions de circulation en Ile-de-France le 1er juillet

Double changement pour Paris et sa métropole. Pour la zone entre le périphérique et l'A86, ce sera la première étape des restrictions de circulation, avec l'interdiction en semaine des véhicules non classés dans le système Crit'Air et des véhicules avec la vignette Crit'Air 5. Dans la capitale, les contraintes seront renforcées, puisque les Crit'Air 4 seront aussi chassées dès le 1er juillet.

 

Téléphone au volant : sanctions alourdies ?

Le gouvernement veut alourdir les sanctions en cas d'usage du téléphone portable, avec une suspension du permis si l'usage du téléphone coïncide avec une autre infraction.