Tous droits réservés Immatriculation Andorre. Copyright © 2019

BMW M4

La BMW M3, vous connaissez ? Cette sportive existe toujours, mais en berline. Si vous la voulez en coupé, elle s’appelle désormais M4. Il s’agit donc de la version super-sportive de la Série 4, avec un look bodybuildé facilement reconnaissable à ses 4 sorties d’échappement, ses rétroviseurs à double montant, son capot bombé ou encore son toit en carbone. Si l’ancienne M3 Coupé embarquait un V8 atmosphérique de 420 ch, la nouvelle M4 est passée au 6 cylindres bi-turbo de 431 ch. La M4 est disponible en coupé ou en coupé/cabriolet et en boîte manuelle ou DKG à double embrayage.

 

Au démarrage, la sonorité du 6 cylindres est plus présente que sur les 435i, mais reste discrète. Il faut monter franchement dans les tours pour réveiller les voisins. Ce nouveau bloc délivre son couple maxi avant 2000 tours, de façon beaucoup moins progressive que sur l’ancienne et, sur le mouillé, le train arrière est vite débordé. Si on retrouve la motricité, les 430 ch catapultent la M4 sur le 1000 m DA plus vite qu’une Carrera S : ça pousse fort ! Concernant la boîte, nous vous conseillons de la laisser en position 1 sous la pluie pour éviter les à-coups de la position 3, presque violente.

 

Le train avant ne manque pas de mordant, même sous la pluie, et la direction en mode Sport + donne beaucoup d’informations. L’arrière est assez calme en entrée de virage, mais la sortie nécessite un certain doigté, spécialement sur le mouillé. Quant au confort, c’est ferme, quelle que soit la position de l’amortissement piloté, qui influe plus sur les mouvements de caisse que sur le filtrage. Dans l’ensemble, cette M4 ne manque pas de caractère et réclame un certain savoir-faire, surtout sous la pluie, mais elle a le mérite de battre une Carrera S en chronos, pour 20000 € de moins.