Tous droits réservés Immatriculation Andorre. Copyright © 2019

Aston Martin DB11

Chez Aston Martin, une nouvelle ère est en marche. Même pour les constructeurs de supercars, se renouveler est une question de survie. Après 103 ans d'existence, la marque anglaise fait peau neuve. Et présente un tout nouveau modèle. Son nom de code : DB11. Ses signes particuliers : nouveau design, nouvelle plateforme, nouveau moteur.

 

En fait, Aston Martin annonce les plus importantes évolutions de toute son histoire. Tout changer sans renier l'ADN de la marque, sur ce qui fait l'âme d'une Aston Martin. Le défi est-il relevé ? Les performances de la DB11 sont-elles à la hauteur de sa beauté ? Pour nous le prouver, la marque nous a envoyés à Florence sur l'un des terrains de jeu préféré des supercars italiennes.

 

Le vieux V12 atmosphérique qui équipait la DB9 cède sa place à un bloc bien plus moderne : un tout nouveau V12 bi-turbo, d'une puissance de 610 ch. La DB11 s'impose ainsi comme le modèle le plus puissant de toute l'histoire de la marque. La cylindrée diminue : on passe en effet d'un 6 litres à un 5,2 litres. Mais l'information principale n'est pas sa puissance mais bien que ce V12 est Bi-Turbo. Et les Turbos, ça aussi c'est nouveau chez Aston Martin. Le moteur, la pièce maitresse, perd donc inévitablement de sa noblesse. Car à grands renforts de Turbos il devient plus facile de créer un moteur puissant. Mais en termes de tempérament les clients peuvent être rassurés : cette DB11 conserve bien son authenticité.

 

Sur la DB11, les chiffres parlent d'eux-mêmes : le 0 à 100 km/h est expédié en 3,9 secondes. Et la vitesse de pointe s'établie à 322 km/h.

 

A la conduite la différence majeure avec les précédentes Aston concerne le moteur V12 désormais doté de deux Turbos. Le couple maximum est désormais délivré à 1.500 tr/min. Et on parle de 700 Nm. De quoi se clouer au siège, jusqu'à près de 7.000 tr/min. Pour contenir toute cette puissance, la DB11 est la première Aston à embarquer un différentiel à glissement limité actif avec vectorisation de couple. En entrée de virage, l'électronique freine la roue arrière intérieure au virage pour aider à tourner. En pratique, c'est très efficace. Malgré ses 1.770 kg la DB11 se montre agile et enroule les courbes comme aucune autre Aston.